Aligoté, une identité bourguignonne … « Une p***** d’identité, même ! »

L’événement du 23 avril lancé par Les Aligoteurs est une sorte d’aboutissement d’une idée qui flottait dans l’air depuis plusieurs années… Quelle a été la première « intuition » pour ce Salon autour du cépage Aligoté ?

Laurent Fournier : « Pour un peu, cette idée se serait transformée en serpent de mer … depuis de nombreuses années, plusieurs viticulteurs évoquaient cette idée de promotion autour d’Aligoté de terroirs, d’Aligoté d’auteurs…  sans finalement se jeter à l’eau  ! C’est Philippe Delacourcelle qui a servi de déclic en proposant d’héberger l’événement : un restaurateur qui après un long périple autour du monde, pose ses valises à Flagey-Echezeaux, et propose à la carte de son restaurant Bois Rouge plus d’une dizaine d’Aligotés différents !!! Le serpent s’est transformé en crocodile !!! »

IMG_6872.jpg
Laurent Fournier, vigneron à Marsannay-la-Côte (21)

Quelles valeurs, quelles inquiétudes peut-être, quelle volonté d’agir a rassemblé les membres fondateurs ?

Sylvain Pataille : « Notre but est de parler de l’Aligoté dans sa splendeur. Et de mélanger les styles. C’est un grand cépage, autour de cette table nous en sommes tous convaincus. Pour ma part, mon inquiétude vient du fait que l’Aligoté est toujours perçu comme cépage de seconde catégorie par rapport au Chardonnay. Quand on en parle, la première idée qui vient c’est de l’arracher. Commercialement, l’Aligoté ne se situe pas du tout là où il devrait être. Avec ce seul cépage, on peut largement constituer une gamme, et … plutôt haut-de-gamme ! A travers cet événement, on a envie de faire prendre conscience à nos copains vignerons qui possèdent encore de vieilles vignes d’Aligotés que cela peut se valoriser, devenir même pourquoi pas hyper-médiatique, et que ça le mérite.

Honnêtement ! Peu de cépages ont autant une identité bourguignonne que l’Aligoté. Une p***** d’identité, même. »

SONY DSC
Sylvain Pataille, vigneron à Marsannay-la-Côte (21)

Près de cinquante domaines vont répondre présent. Pourquoi est-ce que l’initiative des Aligoteurs a été si fédératrice d’un coup ?

Philippe Delacourcelle : « L’effet de surprise ? Je pense que chaque vigneron produit une quantité marginale (en dehors de l’appellation Bouzeron) et que personne n’envisageait une action de promotion qualitative pour ce vin. »

philippe-delacourcelle
Philippe Delacourcelle, Chef à BoisRouge (Flagey-Echezeaux – 21) et passionné de vins

SP : « Dès lors qu’on a pris le téléphone pour leur expliquer que nous cherchions à créer quelque chose de fédérateur entre nous, les vignerons ont été à 200 %. Au final, on va accueillir plusieurs dizaines de domaines, dont certains mythiques. Cela dépasse tout  ce que j’aurais imaginé. C’est un super challenge de monter quelque chose qui n’existe pas. »

Quel est l’objectif commercial avoué ? culturel ? Au-delà (philosophique) ?

LF : « Pas d’objectif commercial, seulement un objectif promotionnel, et peut-être aussi un peu philosophique : la Bourgogne ce ne sont pas que des bouteilles inaccessibles, des noms clinquants, ou des caves fermées, ce sont aussi de belles découvertes là où on ne s’y attend pas toujours. »

Quel est l’avantage pour les vignerons de venir présenter leurs Aligotés sur ce Salon ?

SP : « La plupart des vignerons ne viennent pas parce qu’ils en ont besoin financièrement. Ils n’ont aucun intérêt pratique là-dedans. Par contre, se rencontrer et rencontrer des gens qui partagent notre vision de l’Aligoté, ça c’est motivant. »

Quel est le public attendu, que vont-ils pouvoir trouver ici ?

SP : « Des professionnels, des sommeliers curieux, des cavistes, les passionnés – il n’y en a jamais eu autant que maintenant, les curieux du métier, mais aussi des journalistes influents qui sont capables d’en parler. Et y’en aura. Je pense qu’on se fera submerger, même. De toute façon, pour des Aligotés faut déjà être un peu piqué ! Il faut qu’on fasse parler du salon partout. »

 LF : « Des vins qui reflètent fidèlement leurs terroirs, et d’un style complètement dans l’air du temps : des vins tendus, ciselés, minéraux avec de la chair et de la longueur… »

Pourquoi avoir carrément monté une association (Les Aligoteurs) autour des Aligotés ?

LF : « C’est un cépage qui se raréfie. Surtout, il a quasiment quitté toutes les belles places nécessaires à son expression la plus aboutie : pieds et coteaux, sols pauvres (comme le préconisait déjà le Docteur Jules LAVALLE). Sa raréfaction a également un effet désastreux sur la richesse ampélographique que représente toutes les multiples sélections massales (parfois spécifiques à chaque commune viticole). Il est urgent de sauvegarder cette diversité, et de maintenir l’Aligoté sur les beaux terroirs…

Quelle pourrait être l’importance de cette manifestation et de l’association pour les Bourguignons … et les autres régions ?

Ph. D : « Elle pourrait être le point de rencontre professionnel de tous les vignerons qui souhaiteraient développer ce cépage et échanger avec d’autres passionnés. »

 SP : « Sauver la diversité de l’Aligoté ? Ouvrir des voies. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s